Rechercher
  • Isabelle Kibassa Maliba

Nos artisans à l'honneur

Mis à jour : janv. 28



Originellement, l’« artisan » est celui qui met son art au service d’autrui. Ce mot a la même origine qu'artiste, dont il a été synonyme jusqu’à la fin du XVIIe siècle.


Aujourd'hui, on qualifierait l'artisan comme une personne exerçant, pour son propre compte, un art mécanique ou un métier manuel qui exige une certaine qualification professionnelle.


De la main de l'artisan nait alors une création unique, qu'il partagera avec le reste du monde et que vous aurez également l'occasion de découvrir lors mes voeux.


C'est pourquoi il était important pour moi de partager avec vous leur travail: la préservation du folklore et des traditions pour la Confrérîye dèl Târte au Crastofé ou dans la création d'accessoires de mode pour l'Atelier Taïmaral.


La Confrérîye dèl Târte au Crastofé















C'est en 2002, que la Confrérie voit le jour lorsqu'un de ses membres décide de reconstituer la célèbre recette de la tarte au Crastofé et de la présenter lors de la procession de la Chapelle Notre Dame de la Consolation à Virginal.


La recette de cette tarte est bien gardée, elle était à l'époque (17ième) préparée avec les restants de cuisine et la maquée de Nivelles (fromage gras). Aujourd'hui, encore, seuls les membres de la confrérie connaissent la recette et peuvent la préparer.


L'objectif de la Confrérie est non seulement de mettre à l'honneur cette ancienne recette mais également de promouvoir les produits du terroir, soutenir les associations locales et faire valoir le patrimoine de la région.


En parallèle, elle développe une bière ambrée de 7° très houblonnée, brassée suivant une recette ancienne à la Brasserie Lefebvre: la Crastofette.


De tradition, la tarte au crastofé se consommait avec une bière à Virginal et avec un Bourgogne bien frappé à Ittre.


La Confrérie est constituée d'un Conseil noble de 8 personnes:

Le Grand Bailly, le Premier Prévot, le Second Prévôt, le Grand Argentier, le Grand Intendant, Le Second Grand Intendant Coadjuteur, le Hérault et le Tabellion.




Elle a été distinguée lors du 17ième Congrès européen du Ceuco comme meilleur produit artisanal européen 2019 (prix Aurum).


Prochain chapitre:

le samedi 21 mars à partir de 9h30 au Relais du Marquis, rue de la Planchette 18 à 1460 Ittre.




L'atelier "Taïmaral"

De toutes les matières...C'est le wax qu'on préfère...





L'atelier Taïmaral implanté à Ittre, confectionne pour vous l'accessoire qui fait le look en ne négligeant pas la dimension éco-responsable à la fois fair-trade et fashion pour vous sublimer avec le wax.






Pour la petite histoire...


Le wax (de l'anglais « wax » signifiant cire), également appelé « tissu africain », est un textile de coton ayant reçu sur les deux faces un cirage lui conférant des propriétés hydrophobes, technique inspirée de celle utilisée pour produire le batik javanais. Les cires utilisées sont colorées et forment des motifs qui varient à l'infini dans une recherche esthétique.

Le wax est très en vogue en Afrique subsaharienne, où il sert à confectionner de nombreux habits, dont les pagnes wax. Selon son origine, le wax est dit « hollandais », « anglais », « africain » ou « chinois ». Source Wikipedia.


"En Afrique, rares sont les unités de production de wax « made in Africa ». Vlisco, le véritable « père du wax » produit ses 70 millions de yards de tissus (environ 64 millions de mètres) chaque année aux Pays-Bas, et les écoule à 90 % en Afrique, pour presque 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014. " Source Le Monde.




"Outre la mise en œuvre des procédés qui font l’objet de l’apprentissage, un ouvrage réussi exige de l’artisan quelque chose d’autre, (…) quelque chose qui ne s’apprend pas et qu’en désespoir de cause nous appelons le « tour de main »…" Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, page 42. "

11 vues

©2019 by Isabelle Kibassa-Maliba. Proudly created with Wix.com